Actualités

WSA global congress 2020 vienna

9-11 mars 2020, Le The WSA Global Congress Vienna met l'accent sur le rôle que joue l'innovation...

Lire la suite

Sondage sur l'utilisation de l'internet Madagascar

Cette enquête ouverte du 22 novembre au 6 décembre 2019, vous prendra 7 minutes et est destinée à...

Lire la suite

25 ans de patriotisme numérique

    Site Web : 25ans.mg RENCONTRE INTERNATIONALE DES 12-13 DÉCEMBRE 2019 Hôtel IBIS...

Lire la suite

Registrars internationaux

Nom Pays Site Web 101Domain, Inc. US http://101domain.com  1API...

Lire la suite

Registrars Locaux

Liste des Registrars locaux accrédités :    ...

Lire la suite

 

 

Site Web : 25ans.mg

RENCONTRE INTERNATIONALE DES 12-13 DÉCEMBRE 2019

Hôtel IBIS Antananarivo

                Le Chapitre malgache d’Internet Society ISOC-Madagascar, WSA (World Summit Award) Madagascar, et le Gestionnaire du nom de domaine .mg NIC-MG, organisent une rencontre internationale, les 12 et 13 décembre 2019, à l’Hôtel IBIS Antananarivo (Route des Hydrocarbures - Ankorondrano), pour célébrer les 25 ans de l’Internet et les 25 ans du registre ccTLD .mg (domaine internet géographique de 1er niveau), en partenariat avec le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESUPRES), le Ministère des Postes, des Télécommunications et du Développement Numérique (MPTDN), l’Autorité de Régulation des Technologies de Communication (ARTEC) et Orange Madagascar.

                Réseau informatique d’envergure mondiale, accessible au public, l’Internet traduit une intégration sans précédent de capacités : une capacité de diffusion et de commerce à l’échelle de la planète, un mécanisme de distribution de l’information, un moyen de collaboration et d’interaction entre les individus et leurs ordinateurs, peu importe l’emplacement géographique.

Contexte et justification

                Madagascar s’est connectée à Internet voilà 25 ans. Des étapes significatives ont été franchies eu égard aux possibilités de développement du réseau dans un pays à faible pouvoir d’achat, grâce notamment au raccordement aux câbles sous-marins EASSy et LION, qui a été suivi du déploiement d’un backbone national en fibre optique et de réseaux de BTS (systèmes de transmission de base) pour amener la connectivité dans les Régions. Quatre (4) opérateurs locaux se partagent actuellement le marché d’Internet : Airtel, BlueLine, Orange et Telma.

                En dépit des efforts consentis, Madagascar est encore à l’aube d’Internet. D’après les chiffres clés du numérique publiés par le MPTDN en 2017, le taux de pénétration d’internet n’était que de 6,30%, celui des ménages ayant un accès internet de 6,97%, et le pourcentage d’individus utilisant internet de 4,71%. Le récent Forum national sur la gouvernance de l’internet (IGF) organisé à l’Hôtel Carlton, les 19 et 20 septembre 2019, a révélé la lenteur de l’évolution. Seulement 11,6% de la population est connecté, la couverture en téléphonie mobile 3G et 4G est encore très faible, et de grandes disparités existent entre les Régions ; la mutualisation des ressources et équipements n’est que de 18% et beaucoup de Régions sont à peine connectées. Le monopole de la fibre optique freine aussi considérablement le développement d’une saine concurrence dans le secteur pour le bénéfice des utilisateurs d’Internet.

                En dehors de quelques programmes phares dont le Réseau National de l’Enseignement et de la Recherche Scientifique (NREN) iRENALA qui interconnecte les Universités, les Instituts supérieurs et les Centres de recherche publics et privés, le portail du Ministère des Finances et du Budget avec ses différents formulaires en ligne, l’usage d’Internet profite peu aux différents secteurs économiques et sociaux du pays, comme en témoigne l’apport des TIC de 1,6% au PIB National durant l’année 2016.

Objectifs  

                La Rencontre internationale des 12-13 décembre 2019 permettra, à travers les témoignages sur le vécu et les expériences des acteurs nationaux et internationaux, de faire le bilan et de voir les perspectives envisageables pour l’écosystème national, à travers des thématiques qui seront autant de sources de réflexion et d’action au niveau national.

                Participants

                La Rencontre internationale des 12-13 décembre réunira quelques 180 participants (Représentants des Pouvoirs publics, acteurs du domaine Internet (fournisseurs d’accès, sociétés spécialisées, usagers), enseignants, magistrats, conseils juridiques, entreprises, ONG et associations, presse) autour d’une série de conférences-débats destinées à recueillir les avis des parties prenantes, avec des interventions de personnalités invitées par vidéoconférence.

                Quatre (04) thématiques ont été retenues :

-          Gestion et exploitation des noms de domaine - Industrie des noms de domaines

-          e-gouvernance - Protection des données - Cyber-sécurité - DNSSEC  

-          Trafic des données - Point d’échange Internet IXP  

-          Plateformes d’enseignement et de recherche - e-learning

                L’évènement sera diffusé en temps réel en live streaming sur Internet. Une plateforme dédiée permettra la participation à distance des internautes, notamment durant les séances de questions/réponses.

Pre-events

                La réalisation de ce grand événement se fera notamment avec la contribution du groupe I2N (Identité Numérique Nationale) du Collège international de l’AFNIC (Association Française pour le Nommage Internet en Coopération, gestionnaire du .fr en France), qui donnera la veille un Atelier à l’endroit des Bureaux d’Enregistrement locaux sur le thème « Booster le .mg ».

                De même, une rencontre avec le monde de l’enseignement supérieur (enseignants et étudiants) sera organisée au Campus universitaire d’Ambohitsaina. Ce sera une occasion d’engager les Universités et les jeunes à apporter massivement leur vision innovante d’Internet et des services numériques de demain à Madagascar.

                Des organisations et sociétés internationales seront également invitées à cette Rencontre internationale, entre autres : Union Africaine, ICANN, ISOC, IUT, les Af*, OIF, Coopération française, UbuntuNet Alliance…

                Résultats attendus

                À l’issue de la Rencontre internationale, les pouvoirs publics disposeront de différents axes de perspectives envisageables et des recommandations qu’il est possible de formuler compte tenu du bilan dressé par les participants.